Toque-magistrat Le fracas médiatique déclenché par l'affaire Strauss Khan nous a rappelé combien nos mœurs juridiques (sociales ?) étaient éloignées de celles des USA.

La manière dont l'ancien ministre a été traité a choqué les français mais, comme ils ne sont pas plus "machistes" que les américains, beaucoup se sont demandés en retour, si notre système juridique protégeait convenablement les femmes victimes de viol.

En cause la fameuse présomption d'innocence qui pose en principe sacré qu’un justiciable est présumé innocent tant que l’on n'a pas apporté la preuve de sa culpabilité. Ce principe protecteur n’est-il pas un obstacle insurmontable dressé devant les victimes d'agression sexuelle dont la parole est souvent la seule preuve ?

Pour réfléchir à cette question et, accessoirement, vous rassurer sur notre droit, je vous invite à lire un article intitulé "Présomption d'innocence, de véracité, de crédibilité.. De quoi parle-t-on ?" lu dans le blog d'un ancien magistrat qui me paraît assez bien tourné. Il n'est pas inutile quelques fois de retourner aux sources pour se faire une opinion sur des questions aussi complexes.

http://www.huyette.net/article-presomption-d-innocence-de-veracite-de-credibilite-de-quoi-parle-t-on-74540801.html