Michel Stefani a raison, et si on était avertis avant les assassinats, on pourrait bien respecter toutes les procédures de condamnation.