Ce qui se tramerait en haut lieu à propos du siège de la Chambre Régionale de Commerce et d'Industrie m'a amené à protester publiquement jeudi dernier (voir note précédente).

Outre le caractère injuste de l'hypothèse je m'interroge sincèrement sur la viabilité administrative et juridique d'une telle mesure. Comment envisager en effet, qu'un établissement public de cette importance puisse sans dommages sérieux changer d'implantation et de domiciliation juridique tous les deux ans et demi.

Il est évident que cela ne fonctionnerait pas. Cela poserait de tels problèmes techniques, juridiques, humains et fiscaux que l'établissement entrerait en crise à très court terme. Habituellement c'est quand on veut échapper aux créanciers et au fisc qu'on déménage régulièrement.


Devant une telle incongruité j'en suis venu à m'interroger sur l'existence d'autres exemples. J'ai donc parcouru des dizaines de sites très bien documentés (ministères, administrations, documentation française,…) sans trouver la moindre trace d'établissements, d'administrations ou même d'entreprises qui auraient opté pour une formule si innovante.

Pour être complet, je dois avouer que j'en ai trouvé sur google et puisqu'il qu'il faut bien rire un peu je vous invite à faire l'expérience vous même. Vous constaterez qu'à l'expression "siège alterné" le moteur de recherche répond :  bains de siège alternés !