Corsematin-rue campinchiLe quotidien Corse Matin s'est fait l'écho des projets de réaménagement des rues de Bastia à l'exemple de ce qui a été fait rue César Campinchi. Dans son article, Alex Perasso rappelle combien ce projet a été difficile à faire accepter par les commerçants alors qu'il est aujourd'hui unanimement salué.

Et la photo principale illustre bien la situation critique dans laquelle se trouvait la rue avant les travaux.

Il faut savoir qu'au plan technique cette réussite est dûe à un projet original. Je crois pouvoir dire que nous avons "inventé" un programme original pour réconcilier voiture et piéton, commerce et convivialité.

Ce n'était pas la première fois que l'on élargissait les trottoirs et plantait des arbres, mais c'était bien la première fois en France que des arrêts-minute étaient installés ainsi dans une rue commerçante.


Cette réussite donne aujourd'hui à la municipalité une crédibilité plus forte encore pour engager la modernisation d'autres rues du centre ville avec les mêmes objectifs : limiter les stationnements parasites, favoriser les transports en commun et redonner sa place au piéton.
Cela ne veut pas dire que chaque rue sera traitée de la même manière, bien au contraire. 
Ainsi pour le boulevard Paoli la municipalité a opté un traitement spécifique des croisements. A l'image de ce qui a été fait sur le carrefour Campinchi-Paoli, ils seront élargis, plantés  d'arbres, dotés d'arrêts-minute et, pour certains d'entre eux, équipés de feux de circulation tricolores.

Ce sera une petite révolution mais c'est le seul moyen qui existe pour fluidifier la circulation. La priorité est d'éradiquer les stationnements en double file qui pénalisent lourdement la circulation et les transports en commun.

L'avenue Emile Sari sera traitée à la manière de la rue César Campinchi avec la même finalité : remplacer la double file par des arrêts minute pour éviter les bouchons intempestifs et favoriser la circulation des bus.

Mais c'est une toute autre logique qui va présider aux travaux dans les quartiers historiques à commencer par la rue Napoléon car il s'agit, à terme, de les rendre totalement piétonniers. Mais c'est une autre question que j'aurai l'occasion d'évoquer ultérieurement.