Je suis profondément heurté par la démarche et par le contenu d’un questionnaire intitulé « La Diversité en Corse » qui a été élaboré par l’ESPE à la demande du président de l’Assemblée de Corse et destiné aux élèves des écoles primaires et secondaires.

De quel droit interrogerait-on des enfants à partir de 8 ans sur le travail des parents, des frères et sœurs, sur les habitudes alimentaires (mangent-ils du porc ?), sur leur religion, sur leur langue, sur le sentiment d’appartenance (se sentent-ils français ?) sur le sentiment d’insécurité …?

De tels questionnaires sont contraires à tous les principes de protection des libertés individuelles de conscience et de culte. Ils sont en contradiction avec les principes de laïcité de l’éducation nationale et de protection des enfants.

Si l’activisme de la majorité territoriale n’est pas nouveau, il commence sérieusement à passer les bornes. Je me demande comment l’université de Corse a pu s’associer à ce dérapage et surtout pourquoi l’Éducation Nationale le cautionne ?

Décidément il n’y a plus rien qui tourne rond dans cette île. Et il est grand temps que par delà nos sensibilités politiques nous réagissions fortement.

Pour ma part, je vais demander solennellement à la ministre de l’Éducation Nationale d’interdire la diffusion de ce questionnaire dans les écoles de la République. Et si je n’obtenais pas satisfaction, je déposerais un recours auprès du tribunal administratif de Bastia dès lundi matin.

Ci après les documents en cause :
lettre du président de l’assemblée de corse
Questionnaire destiné aux élèves de 8 à 11 ans
Questionnaire destiné aux élèves de 11 ans à 18 ans et plus