Près d’une semaine après avoir élu son président, la Communauté d’agglomération de Bastia (CAB) s’est, de nouveau, réunie mercredi matin dans la salle des délibérations de l’hôtel de ville pour procéder à l’élection des sept vice-présidents et pour constituer le bureau et les diverses commissions. Avec une première : un ordre du jour bilingue et une promesse tenue : l’opposition entre dans les commissions.

Michel Rossi, François Tatti et Jean-Jacques Padovani.
Michel Rossi, François Tatti et Jean-Jacques Padovani.

Le nouveau maire de Bastia, Gilles Simeoni, et ses partenaires de l’union, François Tatti, nouveau président de la CAB, et Jean-Louis Milani, vice-président, avaient promis un changement de gouvernance à la ville, comme à la Communauté d’agglomération. C’est chose faite ! Le signe d’un changement des temps a été visible dès la remise de l’ordre du jour de cette 2ème session, rédigé, pour la première fois, dans les deux langues : corse et français. Si le bilinguisme des documents est largement généralisé au Conseil général de Haute-Corse et à l’Assemblée de Corse depuis le vote sur la coofficialité, la ville de Bastia et son ancienne mandature restaient un bastion idéologiquement francisant. Et ce n’est qu’avec une réticence crûment affichée que l’ancien maire avait fini, l’an dernier, perspective électorale oblige, par signer la charte de la langue corse. Dès son entrée en fonction, le maire nationaliste a rectifié immédiatement le tir et obtenu de ses partenaires de mener à la ville et à la CAB une politique pionnière de bilinguisme.

Sept vice-présidents

Le second signe a été l’entrée de l’opposition dans diverses commissions. Ce que l’ancienne majorité avait toujours refusé à l’opposition nationaliste de l’époque, celle-ci, aujourd’hui aux commandes, le met en œuvre. Le conseil a, d’abord, procédé à l’élection des sept vice-présidents et notifié leurs délégations (cf liste ci-après), tout en annonçant que d’autres vice-présidents seraient nommés par la suite. Des listes incomplètes ont été déposées pour constituer la Commission d’appel d’offres qui doit être validée au 31 avril au plus tard, la Délégation de service public et les représentants de la CAB dans les organismes extérieurs, comme, par exemple, le Syvadec. Comme prévu dans le contrat de nouvelle gouvernance, chaque commune y est systématiquement représentée de manière beaucoup plus formalisée qu’auparavant.

L’opposition représentée

François Tatti a, ainsi, proposé à l’opposition d’avoir un représentant titulaire et un représentant suppléant dans toutes les commissions. Proposition immédiatement acceptée : Jean Zuccarelli s’est porté titulaire, pour le Syvadec, et Francis Riolacci, suppléant. Ce dernier a demandé l’intégration d’un représentant de l’opposition au sein de l’Office de tourisme qui compte 7 représentants de la CAB et 7 socio-professionnels. Le statut actuel ne le permettant pas, François Tatti, bonhomme, s’est engagé à y remédier, dès que possible. « Nous sommes en ordre de marche. Le bureau est pratiquement constitué. Il restera à désigner les Commissions organiques et à les rendre plus efficientes pour mettre en œuvre la nouvelle politique de la CAB », ajoute-t-il.

Deux séances budgétaires

Pressée par le calendrier, la CAB devra se réunir encore deux fois d’ici à la fin du mois pour deux séances budgétaires. Le 22 avril, pour le débat d’orientation budgétaire et le 30 avril, date limite pour le vote du budget primitif. Deux rendez-vous qui promettent d’être beaucoup moins paisibles au vu de la situation financière catastrophique de la CAB. Une situation que l’ancienne équipe dirigeante, aujourd’hui sur les bancs de l’opposition, a persisté à nier pendant la campagne électorale et que la nouvelle exigence de transparence devrait brutalement révéler. Nul doute que le nouveau président, qui aura fort à faire pour redresser la barre, ne mette clairement les comptes sur la table. Avec de mauvaises surprises à la clé. Affaire à suivre.

N.M.
 Les 7 vice-présidents et leurs délégations• MIchel ROSSI (merre di Ville di Pietrabugno) : 1er vice-président chargé de la politique de l’eau et de l’assainissement. • Jean-Jacques PADOVANI (merre di San Martinu di Lota, cunsiglieru generale) : 2ème vice-président chargé de la politique des infrastructures communautaires. •  Gilles SIMEONI (merre di Bastia) : 3ème vice-président chargé de la politique sportive. • Michel SIMONPIETRI (merre di Furiani) : 4ème vice-président chargé de la politique de l’Habitat. • Guy ARMANET (merre di Santa Maria di Lota) : 5ème vice-président chargé de la politique de gestion des déchets ménagers. • Jean-Louis MILANI (cunsiglieru municipale di Bastia, cunsiglieru generale) : 6ème vice-président chargé de la politique des transports. • Pierre-Noël LUIGGI (cunsigliere municipale di Bastia) : 7ème vice-président chargé de la politique de développement économique et d’innovation.