Chambre de Commerce de Corse - Bastia

Ce vendredi 7 octobre, l’Assemblée de Corse a choisi Bastia pour accueillir la Chambre de Commerce et d’Industrie de Corse.

Bien qu’il ne s’agisse que d’un avis, il ne fait aucun doute que le premier ministre le respectera scrupuleusement. Personne n’imagine en effet que le gouvernement, qui attend cet avis depuis huit mois, puisse désavouer la collectivité la plus décentralisée de France métroplitaine sur une question d’aménagement du territoire qui relève de sa compétence.

Ce choix n’a pas été facile, chacun a pu s’en rendre compte. Aussi, ai-je besoin de dire combien il me semble positif pour Bastia et la Haute Corse ? En effet, il s’agit de la première implantation significative dans la capitale du nord de l’île depuis le début de la décentralisation !


C’est donc une décision politique très importante, qui marque une volonté de rééquilibrer le territoire, et de rompre ainsi avec une pratique particulièrement injuste pour la Haute Corse. Ce succès est une oeuvre collective. Pour la première fois, des responsables de tous horizons, élus consulaires et responsables politiques ont mis de coté leurs différences et rassemblé leurs énergies pour faire respecter une certaine conception de la justice territoriale.

Pour autant, ce vote n’est pas la victoire d’un département contre un autre, mais celle de la Corse toute entière. En prenant en compte les réalités démographiques et économiques de notre île, l’Assemblée de Corse a réussi à se repositionner au cœur des problématiques d’aménagement du territoire, et elle a apporté une réponse cohérente, au service de l’intérêt collectif.

Je souhaite bonne route à la Chambre Régionale et renouvelle ma confiance à son président et à l’ensemble des élus qui la composent pour mettre en œuvre une politique ambitieuse au service de la Corse.