Antech cci3Alors que l'on pouvait croire la question de la CCI régionale close, Roger Antech, rédacteur en chef de Corse Matin, y revient dans sa chronique "7 jours en Corse" en développant une thèse que j'estime très contestable.

Respect gardé pour le fin observateur de la vie politique insulaire qu'est d'ordinaire Roger Antech, il se trompe lorsqu'il affirme que les arguments développés par les défenseurs du siège à Bastia n'ont pas compté dans ce vote et que "Bastia a gagné parce que les Bastiais étaient finalement plus nombreux dans l'hémicycle".

C'est une analyse qui méconnait les équilibres et les pratiques politiques de l'Assemblée de Corse, notamment en ce qui concerne la question des implantations d'outils régionaux.

Contrairement à ce qu'il énonce ce n'est pas le vote des élus Bastiais qui a fait la différence, ils sont à parité avec les élus Ajacciens de l'Assemblée, mais le vote des élus de Haute Corse dans leur globalité. Pour la première fois ils ne se sont pas "trop" divisés et ont voté très majoritairement pour Bastia. Pour la première fois car pendant 30 ans le vote des nordistes s'est partagé entre Corté et Bastia, au grand bénéfice d'Ajaccio !


Et si la tentative de Jean Guy Talamoni, qui a appelé à voter Corté, a fait long feu, c'est que cette fois-ci elle n'était pas légitime au regard du débat politique public qui a été posé depuis des mois sur la question des équilibres territoriaux. Un débat qui, même s'il est ancré dans les territoires, est dans l'intérêt de la Corse et ne peut être occulté ou réduit à du "campanilisme".

Et encore moins expliqué par de simples arrières pensées électorales comme il le fait à mon propos à la fin de son billet, en omettant de préciser que tous élus peuvent en avoir, à Bastia, en Haute Corse et même en Corse du Sud !

Finalement Roger Antech est peut être victime, lui aussi, du tropisme ajaccien. Ne faudrait-il pas se poser la question de l'implantation du siège régional de Corse Matin à Bastia ?