« Un bras de fer perdu d’avance :
Pour François Tatti, président du Syvadec, le « bras de fer constitutionnel » n’est pas la bonne méthode et qu’il est « perdu d’avance ». L’élu et candidat à la mairie de Bastia en appelle à la constitution d’une délégation pour rencontrer le gouvernement et demander le rétablissement de la période transitoire de cinq ans pour préparer au mieux la sortie des Arrêtés Miot. »