François-Tatti-Corse-Matin

(Julien Pernici – Alta Frequenza) – A Bastia, sans que personne ne ressente quoi que ce soit, on peut affirmer que la terre a tremblé. En effet, au second tour des municipales dimanche prochain, Jean Zuccarelli, à la tête d’une union PRG-PC, la même qu’au premier tour, affrontera le seul Gilles Simeoni, qui prend très officiellement la tête d’une liste de rassemblement avec François Tatti, Emmanuelle de Gentili et Jean-Louis Milani.  En effet, c’est un véritable front tout sauf Zuccarelli qui se constitue après tout un lundi de négociations qui ont abouti à cette union de forces nationalistes modérées, de forces de gauche et d’une large partie de la droite bastiaise. Un véritable melting-pot politique avec des concessions de chaque côté. On peut souligner qu’Eric Simoni, candidat Corsica Libera, et ses co-listiers, ont été mis de côté. Une pilule qu’il sera sans doute difficile à avaler pour la famille indépendantiste, qui après Porto-Vecchio se voit désormais bordurée à Bastia. La partie semble désormais très compliquée pour Jean Zuccarelli.